placeholder

Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

Prévoir : 5 € / personne

Fauvisme, cubisme, abstraction et nouveau réalisme : découvrez l'art moderne
Le prix varie, selon les expositions, de 5 à 11 euros. Accès gratuit aux collections permanentes

★ ★ ★ ★ ☆ 4,0 étoiles
Description
Le parcours historique, à partir de 1901, témoigne de la collection, commencée en 1937 lors de la construction du bâtiment, puis considérablement enrichie grâce à la générosité de collectionneurs privés et en particulier du Dr Girardin dont le legs a conduit à l’inauguration, retardée, du musée en 1961. Se sont ainsi constitués des ensembles fauves, cubistes, post-cubistes et orphiques – où dominent les noms de Delaunay et de Léger – mais aussi surréalistes – autour d’un noyau de peintures de Picabia et d’œuvres ayant appartenu à André Breton. L’École de Paris constitue une autre spécificité, évoquée ici à travers des figures singulières et une ligne plus expressive. Cette première séquence consacrée à l’art moderne, s’achève avec une partie du fonds Fautrier mis en résonance avec la figure de l’homme en quête d’absolu de Giacometti.

Le parcours contemporain, à partir des années 1960, accorde une place privilégiée aux acquisitions récentes. Il se déploie à travers des salles consacrées aux mouvements du Nouveau Réalisme (Arman, César, Deschamps, Hains, Klein, Raysse, Villeglé), de Fluxus (Ben, Brecht, Dietman, Filliou, Roth) et d’artistes proches d’esprit (Broodthaers, Boltanski, Feldmann, Messager), puis de la Figuration narrative (Cueco, Err?, Fromanger, Monory, Rancillac, Schlosser, Stämpfli). Sont présentés ensuite différents modes d’abstraction, de la fin des années 1950 jusqu’aux années 1990, comme autant de recherches d’autonomie de la peinture : Barré, Buren, Hantaï, Mosset, Nemours, Soulages, Toroni, et Support-Surface avec Buraglio, Dezeuze, Viallat. Un ensemble d’œuvres de Anselmo, Paolini, Fabro, Merz, Penone permet d’évoquer l’Arte Povera.
Enfin l’accrochage s’attache à l’exploration de démarches plus actuelles à travers des œuvres témoignant du désir des artistes d’expérimenter de nouveaux matériaux et techniques et de subvertir les codes de la représentation sans se laisser enfermer dans une définition précise. Qu’il s’agisse de la photographie comme medium privilégié, de la vidéo ou de la pratique renouvelée de la peinture et de la sculpture depuis les années 1980, en France et en Europe : Alys, Armleder, Brandl, Bublex, Bustamante, Eliasson, Fischli et Weiss, Frize, Gonzalez-Foerster, Douglas Gordon, Gursky, Hains, Lavier, Sarah Morris; Moulène, Othoniel, Parreno, Polke, Richter, Ruff, Schiess, Schütte, Serralongue, Struth, Tatiana Trouvé, Vercruysse.

Sous-sol :
La Salle Boltanski réunit plusieurs œuvres de l’artiste et la Salle 18 propose une programmation d’œuvres vidéo récentes : Absalon, Pilar Albaraccin, Fikret Atay, Rebecca Bournigault, David Claerbout, Seija Kameric, Marine Hugonnier, Ange Leccia, Melik Ohanian, Valérie Mréjean, Nicolas Moulin, Robin Rhode, Tania Mouraud, Anri Sala, Markus Schinwald, Rosemarie Trockel, Gillian Wearing, Clemens von Wedemeyer, etc.

Hors-circuit :
Grandes décorations et œuvres réalisées in situ : Salle Matisse (et collection Henry-Thomas), Salle Dufy, Le Cabinet de peinture (1989) de Niele Toroni, des interventions d’artistes à l’occasion de la réouverture : Jean-Michel Albérola, Claude Lévêque, Petra Mrzyk et Jean-François Moriceau.

Pour le détail des exposition http://www.mam.paris.fr/fr/expositions
Plus d'informations
11 avenue du Président Wilson
75016 PARIS
Maps | Itinéraire
01 53 67 40 00

Site Internet